Histoires réelles


Lundi 29 janvier 1 29 /01 /Jan 18:27
Ce premier récit est, contrairement à ceux qui suivront, la narration d'expériences réellement vécues par notre couple, il y a une vingtaine d'années. C'est également le premier que j'ai écrit, celui qui m'a fait découvrir le plaisir de raconter des histoires érotiques. Je vous le livre tel quel, avec ses défauts, ses imperfections. Soyez donc indulgents dans vos commentaires.

Mariés depuis un peu plus d'un an, nous sommes dans cette île de l'Océan Indien depuis douze mois. Nos meilleurs amis nous ont invités ce soir chez eux et l'apéritif se déroule dans l'ambiance décontractée et sympa à laquelle nous sommes habitués. Entre nous, pas de complexes et les plaisanteries grivoises ont toujours leur place. Nous sommes tous les quatre âgés d'environ 25 ans et le sexe est loin d'être un tabou.
Nous avons, Patricia et moi, déjà évoqué nos fantasmes, elle sait que j'aimerai la voir avec un autre homme mais également une autre femme et ne semble pas y être opposée. J'ai même une fois proposé à un ami de passer une nuit tous les trois mais il a refusé. Bref, pour l'instant, ceci reste à l'état de fantasme.

Nous avons passé, il y a quelques mois, une soirée ensemble. Soirée au cours de laquelle nous avons dansé en changeant de partenaire. Un moment, il m'a semblé voir la main de notre ami sur les fesses de ma femme. Celle-ci ne disant rien, j'en ai fait autant avec Catherine sans refus de sa part. Malheureusement, j'ai sans doute été trop optimiste et il ne s'est rien passé de plus. À notre retour, j'en ai même parlé à Patricia qui m'a répondu qu'elle n'avait pas fait attention.

Ce soir, la conversation tourne donc, comme souvent, autour du sexe et je suis un peu surpris de voir Patricia participer activement à la discussion, elle qui, d'ordinaire, se contente d'écouter sans trop oser intervenir. Ma surprise grandit lorsque je l'entends dire :

- "Pascal, lui, adorerait me voir faire l'amour à une femme."

Sans laisser le temps à quiconque de commenter, Pierre lui répond alors le plus naturellement du monde :

- "Tu sais que Catherine est bi ?
- Oui, j'aime aussi les femmes. Ça te tenterait d'essayer avec moi ?"

Je m'attends à un refus de ma femme mais l'entends répondre :

- "Je ne sais pas ?
- Tu aimes quand Pascal te lèche le minou ?
- Oui, bien sûr !
- Si tu veux, je te le fais. Toi, tu ne fais rien si tu n'en as pas envie.
- Hum… pourquoi pas ?"

Je suis sur le cul et j'ai même du mal à croire ce que je viens d'entendre, et pourtant !
Avant tout, elle dit avoir envie d'aller 'au petit coin' et quitte la salle. Catherine, elle, va se rafraîchir dans la salle de bains. Je rejoins ma chérie à sa sortie des toilettes, l'enlace et l'embrasse tout en remontant une main sous sa jupe. Je découvre une chatte trempée. Ainsi, elle aussi est excitée par le moment qu'elle s'apprête à vivre. Je lui demande tout de même si elle est sûre de ce qu'elle fait :

- "Oui. N'aie pas peur !"

Nous rejoignons Pierre et je la fais asseoir dans un fauteuil. L'embrassant à nouveau, mes mains remontent le long de ses jambes sous l'œil de notre ami qui ne perd pas une miette du spectacle. J'atteins d'autant plus facilement son abricot qu'elle écarte sensiblement les jambes, non sans me demander en souriant :

- "Qu'est ce que tu fais ?"

Je retrouve sa fente que je caresse un peu avant de me tourner vers Pierre, lui saisir la main et l'inviter à me remplacer. Je les laisse alors, me contentant d'un rôle de voyeur qui m'excite énormément. Sa main a pris la place de la mienne et il caresse doucement l'intimité de Patricia qui le regarde faire sans protester. Il se penche vers elle, leurs bouches se joignent et ils échangent un long baiser. Voir ma femme embrasser un autre homme sous mes yeux me met dans un état pas possible. Il enfonce alors un doigt et le fait aller et venir, encouragé par les gémissements de ma chérie. L'autre main ne reste pas inactive, il déboutonne le chemisier et s'occupe de la poitrine, que je sais particulièrement sensible.
Je prends la main de Patricia et la pose sur la braguette de Pierre. Elle me regarde furtivement puis entreprend de libérer son sexe et de le caresser.

C'est ce moment que choisit Catherine pour nous rejoindre. Elle vient vers moi, les regarde quelques instants, puis m'enlaçant, me roule une pelle. Je m'agenouille ensuite et ôte son caleçon, découvrant un fin slip rouge. Je l'embrasse par-dessus le tissu puis le fais glisser. Devant mes yeux, une fente totalement épilée que j'admire quelques secondes avant d'y poser la bouche et d'entreprendre un doux cunnilingus.
À nos côtés, Patricia gémit de plus en plus sous les caresses de Pierre. Pourtant, elle dit:

- "On ne devait pas faire quelque choses toutes les deux ?
- Vous préférez qu'on vous laisse au début ? Demande Pierre.
- Non, vous pouvez rester, répond sa femme.

Patricia s'est levée et elles se retrouvent enlacées. Pendant que Pierre me propose un verre, je regarde ma femme se faire caresser par une autre. Elles se retrouvent sur la moquette en position de 69, Patricia sur Catherine.

- "Elles sont belles, non ?
- Superbes, tu veux dire !"

Je regarde la bouche de Catherine embrasser longuement la fente de Patricia qui, elle, se contente de lui caresser les fesses, les yeux clos. Je regrette un peu qu'elle n'ose pas aller plus loin. Soudain, elle pousse un long gémissement et jouit, son ventre tendu à la rencontre de la bouche qui lui procure cet orgasme. Nous les rejoignons alors. Pierre enlace à nouveau ma femme et j'en fais de même avec Catherine. Bien vite, je me retrouve en elle, la limant lentement, bien décidé à profiter le plus possible de son sexe accueillant. De leur côté, nos époux sont en 69 et Pierre goûte la chatte de ma femme.
Je change de position et prend Catherine en levrette, les mains sur ses hanches donnant la cadence. Je jette un œil vers l'autre couple. Pierre est assis sur une chaise et Patricia le chevauche. C'est alors que, sentant aux soubresauts de mon sexe que je ne vais pas tarder à jouir, Catherine me demande de sortir et s'empresse de m'avaler. Quelques va et vient sur ma queue suffisent à me faire jouir. Je lui maintiens la tête et lui arrose longuement le palais de mon jus qu'elle avale sans en perdre une goutte. Nous entendons alors un drôle de bruit et tournons la tête. La chaise n'a pas résisté au couple et ils se retrouvent tous les deux par terre. C'est donc dans un éclat de rire général que nous faisons une pause.

C'est alors que je vois couler une larme sur la joue de ma femme. Inquiet, je lui demande ce qu'il lui arrive mais, avec un petit sourire, elle me rassure. Catherine renchérit en disant que c'est une réaction qu'elle a déjà remarquée lors de premières fois. Puis, elle me regarde et dit :

- "J'ai envie que Patricia me lèche."

Je prends doucement ma femme par la main et la fait s'approcher. Elle s'agenouille entre les jambes puis, timidement caresse la fente. Catherine, une main posée sur sa tête, la fait lentement venir contre elle et, après une légère hésitation, elle pose la bouche sur l'intimité et s'applique à la sucer. Peu à peu, elle semble prendre plaisir à ce cunnilingus et ses caresses se font plus franches. Elle n'hésite plus à enfoncer la langue entre les lèvres de son amie et à fouiller la grotte. Je m'approche par derrière et lui caresse les fesses. Elle se met alors à quatre pattes, m'offrant l'accès à son sexe que je caresse, le découvrant toujours trempé. J'ai très envie de la prendre ainsi, et même tenter une approche par l'autre porte mais Pierre m'a rejoint et la caresse lui aussi. Je lui cède la place, découvrant que j'apprécie autant de voir ma femme dans les bras de Pierre que la baiser moi-même.

Nous faisons un nouveau break et mangeons un peu. Patricia se rend alors à la salle de bains, suivi par Pierre. Je jette un œil dans le couloir et les aperçoit, tendrement enlacés, échanger un long baiser.

Nos ébats reprennent et, peu de temps après, Patricia est allongée sur le dos. Je lui embrasse la bouche et les seins tandis que mes doigts fouillent son intimité.

- "Vas-y ! Vas plus loin !"

Je m'installe alors sur elle et la pénètre d'un seul coup, accueilli par "ah" de plaisir. Je la lime de longues minutes sous les yeux de nos amis. Relevant ses jambes, je m'enfonce au plus loin en elle et bientôt un nouvel orgasme la secoue. À mon tour, je me libère et me répands en elle.

Le lendemain, j'ai demandé, avec une pointe d'anxiété, à Patricia si elle avait appréciée et si elle aimerait recommencer et elle a répondu 'oui' à ces deux questions. Une semaine plus tard, nous avons invités deux collègues au restaurant pour les remercier de nous avoir prêté une voiture. Catherine et Pierre sont de la partie. La veille, j'ai appelé mon ami et lui ai demandé s'il était d'accord pour revivre de tels moments. Bien entendu, sa femme et lui étaient partants. Nous passons donc les prendre chez eux et filons rejoindre nos deux amis au restaurant. La soirée est agréable puis les deux célibataires nous laissent et vont terminer la nuit en boîte. Nous raccompagnons nos amis chez eux. Au bas de leur immeuble, Pierre nous propose de boire un coup, ce que nous acceptons.
Chez eux, il se retrouve dans le canapé, entre les deux femmes. Je lui adresse un clin d'œil et vois son bras se poser par-dessus l'épaule de ma femme. Rapidement, sa main empaume un sein et il se tourne vers elle. Ils échangent un long baiser, la main de Pierre caressant toujours le sein, puis, la prenant par la main, il l'entraîne vers leur chambre. Là, il l'allonge sur le lit, relève sa jupe et caresse ses cuisses. Catherine et moi le regardons faire sans bouger. Il la débarrasse de son slip puis sa bouche se pose sur la fente et il lui offre un cunnilingus qui très vite, emmène Patricia au ciel. Je prends la relève et pénètre ma chérie qui n'attend que cela. Catherine, elle, embouche son mari et lui administre une fellation.
Nous entamons alors une nouvelle soirée totalement folle qui se termine, Patricia me suçant pendant que Catherine lui lèche la chatte à quatre pattes, son mari en elle.
De retour chez nous, vers cinq heures du matin, nous refaisons l'amour très tendrement avant de nous endormir.

Après ces deux soirées et notre retour en Métropole, notre vie a repris un chemin beaucoup plus calme. S'il nous est arrivé d'évoquer ces moments, Patricia me répondait qu'elle avait aimé mais que cela suffisait. Visiblement, plus d'envie d'échangisme de sa part.

Nous avons pourtant failli revivre la même situation avec un autre couple d'amis. Lui travaillait avec moi et sa copine avait trouvé un boulot comme serveuse à Belle-Île. Ils nous ont invité à passer quelques jours avec eux, dans une caravane.
Nous arrivons donc et ils nous accueillent chaleureusement. Nadia montre à Patricia une espèce de boubou qu'elle vient d'acheter et lui propose de l'essayer. Sans faire de manière, ma femme se débarrasse de ses vêtements et se retrouve en slip et soutien-gorge devant nos amis. Elle essaye le vêtement en riant puis, pour se rhabiller, se retrouve dans la même tenue sans la moindre gêne.
Le soir, nous nous couchons et, après quelques minutes, la caravane semble tanguer. Visiblement, Laurent et Nadia sont en train de prendre du bon temps. J'ose une caresse vers Patricia sans essuyer de refus. Encouragé, mes mains courent plus franchement sur son corps et nous nous retrouvons rapidement imbriqués l'un dans l'autre.

Le lendemain matin, Laurent et Patricia partent faire les courses en nous laissant Nadia et moi. J'ai en effet promis à celle-ci de lui raser les jambes. Lors de précédentes discussions, Patricia leur a en effet révélé que j'adorais lui raser les siennes. Nadia avait répondu que Laurent craignait de le lui faire et m'avait fait promettre de lui raser les siennes quand l'occasion se présenterait. Je me retrouve ainsi, un bac d'eau tiède, de la mousse à raser et un rasoir, entre les jambes de Nadia. Pendant le rasage, celle-ci avoue qu'elle aurait aimé une expérience à quatre, ayant très envie de goûter l'amour avec une femme, mais que Laurent est tout à fait opposé à ce genre d'expérience. J'ai bien du mal à me concentrer sur le rasage, les yeux fixés sur son slip mauve.
Le soir venu, Patricia me dit :

- "Ce soir, tu me laisses tranquille, d'accord ?
- D'accord mais tu dors toute nue !"

La nuit venue, nous nous couchons et, tenant sa promesse, Patricia est totalement nue. Comme la veille, nos amis ne tardent pas à faire l'amour. Ma main se pose sur le pubis de ma chérie. Elle écarte alors les jambes, offrant son intimité à mes caresses. Bien vite, prenant la direction des opérations, elle me chevauche et guide mon sexe dans son vagin. Nous faisons l'amour comme cela ne nous est pas arrivé depuis longtemps, Patricia ne cherchant pas du tout à étouffer ses gémissements. À côté, nos amis, entendant les gémissements de ma chérie, nous encouragent en rigolant. C'est dans la bonne humeur générale que nos deux couples poursuivent leurs ébats. Après ceux-ci, nous ouvrons la porte, nous sommes tous les quatre nus et je peux admirer la plastique de Nadia non sans remarquer le regard de Laurent sur Patricia. Je pense que si Laurent avait été d'accord, nous aurions pu vivre quelques soirées inoubliables, ma femme semblant en avoir elle aussi très envie.

Une nouvelle période s'est écoulée avant notre aventure suivante, la dernière d'ailleurs à ce jour, à mon plus grand regret.

J'avais un ancien collègue de boulot que nous voyions régulièrement, plus jeune que nous et célibataire, nos relations étaient très amicales. J'avais très envie de voir ma femme se faire prendre par un autre homme et j'avais demandé à cet ami, Christophe, comment il trouvait Patricia. Lorsqu'il m'a répondu 'mignonne', je lui ai proposé de lui faire l'amour, en ma présence. Il a hésité quelques instants puis a accepté. Je l'ai invité à dîner un soir et ai convenu avec lui d'un plan. Il devait, après le repas, me demander si j'avais des vidéos pornos et me proposer d'en passer une.
La soirée s'est déroulée dans une excellente ambiance et, comme prévu, au café, Christophe a désiré regarder un porno. Je mets donc une cassette en route et le film commence. Après une quinzaine de minutes, Patricia, prétextant la fatigue, nous dit qu'elle va se coucher. Moi qui espérait que les scènes torrides l'exciteraient, j'en suis pour mes frais ! Je la rejoins dans la chambre et lui demande si Christophe peut rester dormir chez nous, aant pas mal bu. Elle réond qu'elle n'y voit aucun inconvénient et s'empare de draps et d'une couverture afin de l'installer dans le canapé convertible.
Je lui dis qu'il pourrait dormir dans notre lit mais, faisant celle qui n'a pas entendu, elle va dans la salle et prépare le couchage puis retourne se coucher. Je m'allonge à ses côtés et repose la question :

- "Pourquoi tu ne veux pas qu'il dorme avec nous ?
- …
- Si tu veux il se met à côté de moi et ainsi tu ne risques rien."

Toujours aucune réponse. Elle n'a pas vraiment dit non mais semble plutôt faire semblant de dormir.
Je rejoins notre ami dans la salle, lui explique la situation et lui demande de me suivre. A notre retour, Patricia est allongée sur le ventre, le corps couvert d'un drap. Nous nous asseyons à ses côtés et, lentement, je descends le drap, dévoilant son dos et ses fesses. Christophe caresse les jambes, remontant lentement mais sûrement vers les fesses que ses mains parcourent bientôt. Il lui écarte les jambes et peut ainsi effleurer la fente puis il tente de s'introduire en elle mais la position ne le permet guère. Déçu, il se couche à mes côtés. Je lui dit que je suis moi aussi désolé. Quelques minutes plus tard, n'arrivant pas à m'endormir, je ne sais pas ce qui me prend mais je me retrouve en train de le caresser. Sous mes doigts, son sexe retrouve vite sa raideur et je sens bientôt sa main m'offrir la même caresse. Nous nous branlons ainsi quelques instants puis j'ose me pencher et embrasser pour la première un sexe d'homme. La sensation est plutôt agréable et il ne se dérobe pas. Je l'avale alors et entreprend ma première fellation. Je ne sais pas si je suis doué mais, rapidement, je parviens à lui procurer un orgasme. J'ai juste le temps de sortir son sexe de la bouche avant qu'il m'arrose les mains de ses jets.
Après cet intermède, je me recouche de l'autre côté de Patricia, qui se retrouve ainsi entre nous deux, endormie sur le dos. Têtu, je pose la main sur le pubis de ma chérie et la caresse doucement, mes doigts effleurant juste sa peau. Lentement, je parcours sa fente puis, prenant une main de Christophe, je la joins à la mienne. Nous la caressons quelques instants et je sens une main se poser sur ma verge. Je pose les doigts dessus et, remontant le long du bras, je me rends compte que c'est Patricia qui me caresse. J'allume la lumière et la vois qui offre la même caresse à notre ami. Nous échangeons un sourire puis je lui indique de lécher le minou de ma chérie. Comme s'il n'attendait que cela, il s'allonge face à elle, lui éarte les jambes et plonge le visage entre les cuisses. Patricia me caresse toujours, sa respiration s'est accélérée et elle ne retient plus quelques gémissements. Christophe change alors de position et présente son sexe à l'entrée de la grotte. D'une poussée, il pénètre ma chérie, accueilli par un "hum" de plaisir. Il va et vient longuement en elle. Patricia a cessé ses caresses sur moi, concentrée sur son propre plaisir. Je les regarde faire l'amour et bientôt admire le spectacle de ma femme jouissant sous les coups de queue d'un autre. Son plaisir déclenche celui de Christophe qui se retire et éjacule sur son ventre, le zébrant de traînées blanchâtres. Il me cède la place et je m'enfonce avec délice, entamant à mon tour une jouissive chevauchée. Lui s'est assis en tailleur à côté de Patricia et l'embrasse tendrement, avant d'alterner baisers sur ses lèvres et sur sa poitrine.
A mon tour, je me vide dans le ventre, offrant par la même occasion un nouvel orgasme à mon épouse.

Nous nous endormons, repus de plaisir et de fatigue.
Le lendemain après-midi, Patricia m'invite à faire une sieste pour nous remettre de la nuit passée et, contrairement à d'habitude, elle se jette littéralement sur moi et nous faisons l'amour avec fougue.

Depuis ces expériences, nous n'avons jamais eu l'occasion de revivre de tels moments même si je reste persuadé que, les circonstances étant réunies, ma chérie ne refuserait pas de revivre des instants aussi intenses.

J'espère que vous avez pris plaisir à me lire. N'hésitez pas à me laisser votre avis.
@ bientôt
Ecrire un commentaire
Voir les 6 commentaires

Flux

  • Flux RSS des articles

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés